Les secrets des cercles de fées namibiens pourraient enfin être résolus

Les secrets des cercles de fées namibiens pourraient enfin être résolus

Des centaines d'étranges parcelles de terrain circulaires où rien ne pousse peuvent être trouvées parmi l'herbe épaisse du vaste désert du Namib. Ces taches chauves existent apparemment, et grandissent parfois, pendant des années avant de disparaître soudainement - conduisant à des contes fantaisistes de fées, d'ovnis, de souffle de dragon toxique et d'empreintes laissées par un dieu. Mais il y a aussi des explications écologiques à ce phénomène étrange – des insectes et des plantes se disputent les ressources.

Après des années de débat sur les causes des étranges parcelles de terre stérile, une nouvelle étude publiée dans la revue La nature suggère qu'il faut la combinaison parfaite de deux forces écologiques pour que les marques étranges se produisent.

New Historian rapporte que les écologistes ont utilisé des simulations informatiques pour expliquer l'existence des cercles. Ils ont combiné les effets de groupes de termites de sable mangeurs de racines en compétition souterraine pour les ressources avec l'idée de plantes auto-organisées rivalisant au-dessus du sol pour l'eau.

Un cercle de fées dans le désert du Namib. La source: Jean Guyton

Ce sont deux théories populaires qui ont été suggérées auparavant. L'hypothèse des termites a fait la une des journaux en 2013 et la suggestion des plantes a été reprise par les médias en 2014. Mais aucun des deux n'a été en mesure d'expliquer à lui seul le phénomène des « cercles de fées ».

  • Oserez-vous entrer dans un cercle de fées ? Les champignonnières mythiques du surnaturel
  • Des scientifiques découvrent le secret derrière de mystérieuses marques sur des pierres en Inde

Cependant, la combinaison présentée dans les simulations créées par Corina Tarnita de l'Université de Princeton et son équipe, suggère que les deux processus créent ensemble des modèles qui imitent au moins certains de ceux trouvés dans le désert du Namib. Comme Juan A. Bonachela, professeur adjoint à l'Université de Strathclyde et co-auteur de la nouvelle étude, a déclaré à Gizmodo :

« Ce n'est qu'en considérant l'interaction entre les termites et l'auto-organisation de la végétation que nous pouvons obtenir une description aussi complète de toutes les principales propriétés signalées pour les cercles de fées. Nous proposons une explication plausible de la façon dont ces modèles de végétation et d'autres réguliers émergent, qui [inclut] ce que l'on pensait être des explications mutuellement exclusives du système.

Les cercles de fées peuvent mesurer de 6 à 115 pieds (1,83 à 35 mètres) de diamètre. Une étude de Walter R. Tschinkel en 2012 a révélé que la « durée de vie » des petits cercles est en moyenne d'environ 24 ans et que les plus grands existent de 43 à 75 ans. Ils se trouvent principalement sur la bordure orientale du désert du Namib du sud-ouest de l'Afrique. Ils sont faciles à repérer aussi bien au sol que dans les airs avec un espacement semi-régulier et ils se comptent par centaines de milliers. Tschinkel (2012) note que les soi-disant cercles de fées s'étendent « du sud de l'Angola au nord de l'Afrique du Sud, partout où le sol est sablonneux et où les précipitations se situent entre 50 et 100 mm [1,97-3,94 pouces] par an ».

Un cercle de fées en Namibie. (Thorsten Becker/ CC BY SA 2.0 de )

Les mythes oraux du peuple Himba, un groupe pastoral qui habite la Namibie et l'Angola, ont expliqué les cercles mystérieux comme les empreintes laissées par le dieu Mukuru, leur ancêtre d'origine. Les guides touristiques ont promu la légende selon laquelle les cercles sont créés par le souffle venimeux d'un dragon souterrain. Les fées liant les mains et dansant en cercles ont également été suggérées dans une autre explication surnaturelle. Une autre connexion d'un autre monde est que le site des cercles étranges est prétendument un point chaud d'OVNI.

  • Dix trésors antiques époustouflants mais peu connus à travers l'Afrique
  • Irish Lore Keeper donne un avertissement grave : une entreprise américaine sera maudite si l'ancien fort des fées est détruit

Tarnita a déclaré au Guardian que les chercheurs ne suggèrent pas que leur simulation puisse expliquer tous les cercles de fées, bien que « nous obtenions une description beaucoup plus complète des modèles » en combinant les effets des termites simulés avec ceux des plantes concurrentes.

New Historian dit que d'autres chercheurs ont mis en doute les résultats des simulations informatiques, affirmant que les hypothèses de l'équipe sur les moyennes des précipitations et la durée de vie des colonies de termites pourraient ne pas être assez précises.

Cependant, il a également été suggéré que cette recherche pourrait être utile pour expliquer d'autres cercles de fées dans le monde, tels que Heuweltjies en Afrique du Sud et les cercles de fées en Australie.

Les cercles de fées d'Australie : (A) Image aérienne des interstices régulièrement espacés. (B) Formation auto-organisée du motif d'écart. ( C) Carte de l'Australie-Occidentale où se trouvent les cercles de fées à l'est et au sud de la ville minière de Newman. ( Getzin S. et al )


    Qu'est-ce qui cause les mystérieux cercles de fées de Namibie ?

    Deux modèles de duel ont cherché à expliquer la formation des cercles étranges et stériles en Afrique australe. De nouvelles recherches présentent une idée différente.

    Des cercles arides parsèment les prairies sèches sur environ 1 500 miles du désert du Namib s'étendant le long de la côte sud-ouest de l'Afrique, émergeant, grandissant, rétrécissant et disparaissant au cours de vies de 30 à 60 ans. Les zones vides sont accentuées par une bordure d'herbes particulièrement hautes qui entourent les cercles, qui vont de 6 pieds à 115 pieds de large.

    Les cercles de fées, comme on appelle les étranges taches de sol nu, ont longtemps intrigué les scientifiques. Bien qu'ils ressemblent un peu à des empreintes laissées par des gouttes de pluie massives, impactant des météores ou, selon la légende, les pieds des dieux, les chercheurs soupçonnent que le motif peut se former à la suite d'un processus naturel plus systématique. Mais ce que pourrait être ce processus a fait l'objet de nombreux débats.

    Expliquer ce schéma énigmatique pourrait aider les chercheurs à déterminer s'il existe une sorte de principe universel derrière ces schémas de végétation naturelle étranges.

    Deux explications dominantes ont émergé. Certains chercheurs accusent les colonies d'insectes sociaux régulièrement espacées, comme les termites de sable, de se frayer un chemin à travers les herbes jusqu'à ce qu'elles atteignent une sorte de barrière, peut-être une colonie concurrente. En mangeant les racines des graminées, les termites créent une zone sablonneuse bien conçue pour mieux capturer le peu de pluie qui tombe dans la région déserte, disent les partisans de la théorie.

    D'autres soutiennent qu'au lieu de cela, ce sont les plantes qui se font concurrence pour l'eau et d'autres ressources qui créent les cercles stériles. Les graminées aux racines plus profondes drainent l'eau des parcelles, ce qui empêche d'autres plantes d'y survivre. En conséquence, les plantes s'auto-organisent en cercles régulièrement espacés.

    Héritage, équité et classe des milliardaires

    Les scientifiques des deux camps se sont largement concentrés sur chaque modèle séparément. Mais de nouvelles recherches suggèrent que les deux mécanismes pourraient être impliqués.

    Selon un modèle décrit mercredi dans la revue Nature, les termites et la végétation, ainsi que la manière dont ils interagissent, sont nécessaires pour expliquer les cercles de fées.

    Les chercheurs ont simulé le type de modèles de végétation qui résulteraient de chacun des deux modèles séparément et ensemble. Ensuite, ils ont comparé leur motif simulé avec des images des vrais cercles de fées qui parsèment le désert du Namib et, disent-ils, c'était un match : un motif hexagonal à grande échelle.

    Non seulement cela, mais l'équipe a repéré un motif à plus petite échelle dans les herbes autour des cercles de fées. Des touffes d'herbe régulièrement espacées ont également créé leur propre motif régulier. Et, écrivent les chercheurs, "cela ne peut pas être expliqué par l'un ou l'autre mécanisme isolément. Ces modèles à plusieurs échelles et d'autres propriétés émergentes, telles qu'une résistance accrue à la sécheresse et une récupération après la sécheresse, résultent plutôt d'interactions dynamiques dans notre cadre théorique, qui associe à la fois mécanismes."

    Norbert Jürgens, un botaniste qui a défendu le modèle de colonie de termites avec un article publié en 2013 et qui était un évaluateur par les pairs du nouvel article de Nature, est "très heureux de voir cette publication car elle soutient pleinement le modèle conceptuel que j'ai proposé".

    Le Dr Jürgens, professeur à l'Université de Hambourg en Allemagne, a déclaré dans un entretien téléphonique avec The Christian Science Monitor qu'il était d'accord que "les deux processus jouent un rôle et les deux modèles peuvent expliquer conjointement la nature". Mais, dit-il, le problème avec le modèle de rétroaction dépendant de l'échelle, comme on appelle le modèle axé sur les plantes, est qu'il suppose que la végétation peut contrôler la structuration à une si grande échelle. Bien sûr, une plante peut avoir un impact significatif sur l'accès de son voisin à l'eau et aux nutriments, mais il n'est pas sûr que cette relation de voisinage puisse créer un modèle aussi bien défini sur des centaines de kilomètres.

    Stephan Getzin, écologiste théorique au Centre Helmholtz pour la recherche environnementale - UFZ à Leipzig, en Allemagne, dont les propres recherches suggèrent que le modèle de rétroaction dépendant de l'échelle est le bon, n'est pas aussi convaincu par ce nouvel article.

    "Un modèle intégratif permettrait de tenir compte de la présence à la fois des termites de sable et de l'auto-organisation", écrit-il dans un e-mail au Moniteur. "Cependant, les auteurs utilisent un modèle où le motif d'écart des cercles de fées émerge uniquement en raison de l'activité des insectes et de l'établissement de la colonie."

    "Les termites, en particulier les termites de sable, se nourrissent préférentiellement d'herbes mortes qui ont souffert de la sécheresse", explique le Dr Getzin. L'épuisement de l'eau est donc une condition préalable nécessaire qui pourrait influencer le modèle d'apparition de ces cercles de fées, dit-il. "Nous devons concentrer nos recherches sur ces cercles de fées qui se développent sans la présence de termites, car cela nous donnera une image plus claire des processus sous-jacents sans brouiller ou superposer les effets des termites."

    Bien que les cercles de fées namibiens soient les plus connus, le même type de motif étrange a été repéré en Australie en 2016. Et cela pourrait être une boule de courbe pour le modèle d'insecte comme Getzin, qui a étudié les cercles de fées australiens, a déclaré à l'Atlantique à la temps qu'il n'y avait aucun signe des termites là-bas.

    Walter Tschinkel, entomologiste et professeur émérite à la Florida State University qui ne faisait pas partie de cette nouvelle recherche, met en garde contre le fait d'être trop attaché à l'un de ces modèles théoriques ou conceptuels sans plus de preuves expérimentales ou sur le terrain. "Si les gens doivent tirer des conclusions sur les causes des cercles de fées, alors ces conclusions ne peuvent être tirées que d'un travail expérimental", a-t-il déclaré lors d'un entretien téléphonique avec le Monitor.

    "Les termites qu'ils proposent font partie de ce mécanisme qu'ils ont modélisé, ne sont pas du tout des termites. Ce sont des modèles mathématiques", explique le Dr Tschinkel. En tant que tel, il suggère de manipuler les cercles de fées pour voir comment les termites de sable pourraient se comporter dans ce cadre.

    Nichole Barger, écologiste des terres arides à l'Université du Colorado dont les recherches se concentrent sur la théorie de l'auto-organisation de la végétation, convient qu'« il reste encore des questions avec le modèle d'insecte social et si les termites de Psammotermes [termites de sable] se comportent réellement dans la nature de la façon dont il se comporte dans le modèle."

    "L'hypothèse du modèle est la présence d'une termitière dans chaque cercle de fées", écrit-elle dans un e-mail au Moniteur. "Mais aucune preuve empirique n'a été présentée de la présence de nids pour les sites de cercles de fées en Namibie. Jusqu'à ce que la présence des nids de termites soit confirmée par des données de terrain, on suppose que des cercles de fées sont formés par ces termites."

    Jürgens, cependant, ne serait pas d'accord. Dans son article de 2013, Jürgens a écrit qu'il avait effectivement enquêté sur les sols dans des centaines de cercles de fées. Et bien sûr, rapporta-t-il, les termites de sable (Psammotermes allocerus) étaient présents dans la plupart de ces sites.

    Mais, a-t-il admis dans l'article, "Bien que ces associations suggèrent un rôle causal pour P. allocerus, il est possible qu'ils reflètent plutôt simplement la colonisation des FC [cercles de fées] par les termites. Cependant, des termites de sable ont été trouvés même à l'état initial de nouvelles FC, c'est-à-dire avant que l'accumulation d'eau n'ait commencé et que la ceinture d'herbes pérennes ne se soit développée. Une évaluation minutieuse de 24 CF nouvellement formées à Giribesvlakte en Namibie en mars 2012 a révélé la présence de P. allocerus dans chacune d'elles. Dans ces plus jeunes FC, les graminées mourantes n'étaient endommagées qu'au niveau des racines, associées aux galeries souterraines de P. allocerus . Aucun autre organisme n'a été observé en train de se nourrir sur l'herbe des jeunes FC."

    Les chercheurs à l'origine du nouveau modèle combiné n'ont pas cherché à expliquer uniquement les cercles de fées. Au lieu de cela, ils les ont utilisés comme étude de cas pour d'autres modèles de végétation réguliers étranges et auto-organisés à travers le monde. L'idée était qu'il pourrait y avoir une sorte de conditions universelles qui mènent aux cercles de fées, au buisson du tigre, aux monticules nord-américains de Mima, aux murundu, et sud-africain heuweltjies, entre autres.

    Recevez les Monitor Stories qui vous intéressent dans votre boîte de réception.

    Le Dr Barger est d'accord. "Les cercles de fées et leurs motifs saisissants sont une entrée dans la compréhension de la beauté de la formation de motifs dans la nature", dit-elle. "Il existe un grand nombre d'exemples de motifs de végétation tels que des rayures, des taches et des labyrinthes dans les régions arides du monde, mais ce sont les cercles qui captent vraiment l'attention des gens."

    [Note de l'éditeur: Une version antérieure a mal interprété les antécédents des chercheurs de l'étude publiée dans Nature.]


    De mystérieux cercles de « fées » partagent des qualités avec la peau humaine

    Dans les prairies arides d'Afrique australe, un élément mystérieux parsème le paysage. Plaques circulaires de régions de pock de terre nue en Namibie, en Angola et en Afrique du Sud. Parfois, des herbes plus hautes entourent les zones dénudées, qui peuvent mesurer entre 1607 et 49 pieds de diamètre. Les humains les connaissent depuis des siècles : la BBC rapporte que les bushmen locaux, les Himba, racontent des histoires sur les cercles, qu'ils sont les empreintes des dieux ou qu'un dragon vivant sous terre a brûlé la végétation sur la terre au-dessus. Mais personne ne sait ce qui les cause. Les chercheurs les appellent des cercles de fées. 

    Contenu connexe

    De nombreuses idées quant à la cause des cercles ont flotté. Les termites grignotant les racines des plantes, les champignons, l'empoisonnement par les plantes indigènes toxiques, la contamination par les radiations et même les autruches qui baignent dans la poussière ont tous été blâmés à un moment donné, puis exonérés. Dans un effort pour s'attaquer à la cause, les chercheurs tentent simplement de décrire les modèles.

    Un de ces efforts a révélé une étrange comparaison : les anneaux de fées forment des motifs qui ressemblent étrangement aux schémas de croissance des cellules de la peau. Des chercheurs de l'Institut des sciences et technologies d'Okinawa au Japon ont récemment découvert la similitude. "C'est un match complètement étonnant et étrange", déclare Robert Sinclair, qui dirige l'unité de biologie mathématique à l'OIST, dans un communiqué de presse.

    Maintenant, cela ne signifie pas que nous avons découvert la peau d'une créature géante qui sommeille sous la terre. Cela suggère simplement qu'il existe une sorte de compétition pour l'espace entre les cercles qui est similaire à celle des cellules de la peau. La déclaration explique les résultats, publiés dans Complexité écologique, plus en détail:

    Ils ont pris des images satellites de cercles de fées, et un ordinateur a tracé des lignes à mi-chemin entre chaque paire de cercles pour désigner des limites invisibles, un peu comme des parois cellulaires. L'ordinateur a ensuite compté combien de voisins entourent chaque cercle de fées. D'autres chercheurs avaient calculé les voisins cellulaires de la peau il y a plusieurs années.

    Les résultats étaient presque identiques. La majorité des cercles de fées et la majorité des cellules ont six voisins. Mais la similitude devient encore plus spécifique - le pourcentage de cercles de fées avec quatre, cinq, six, sept, huit et neuf voisins est essentiellement le même que les cellules de la peau.

    "Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si proche", a déclaré Sinclair. “Nous avons passé beaucoup de temps à vérifier, car cela semblait vraiment trop proche pour y croire.” ​

    Cercles de fées dans le désert namibien (à gauche) et cellules cutanées microscopiques (à droite) par Laura Petersen/OIST

    D'autres preuves semblent suggérer que les cercles de fées impliquent une sorte de processus de croissance, peut-être biologique - ils sont ronds, commencent petit et grandissent.

    En plus de noter une étrange comparaison pour le modèle, les chercheurs de l'OIST ont une application plus pratique de leurs découvertes. Ils écrivent que leurs travaux montrent que les analyses mathématiques et les modèles utilisés pour décrire le monde microscopique peuvent également s'appliquer au monde macroscopique. À l'avenir, ces informations pourraient être utilisées pour examiner les surfaces d'autres mondes et en déduire si des processus géologiques ou biologiques gravent des motifs à la surface des planètes.

    Le nouveau travail a peut-être ajouté un indice pour découvrir ce qui cause les cercles de fées, mais il semble qu'il faudra un certain temps avant que nous puissions le dire avec certitude. Une seule chose est raisonnablement certaine : ils ne sont pas causés par des lutins ou des elfes de quelque sorte que ce soit, malgré le surnom que nous leur avons donné.

    À propos de Marissa Fessenden

    Marissa Fessenden est une rédactrice scientifique et artiste indépendante qui apprécie les petites choses et les grands espaces.


    ARTICLES LIÉS

    Trouvés dans des points chauds le long d'une longue étendue de désert de 1 242 miles (2 000 km) entre l'Angola et l'Afrique du Sud, ils transforment le paysage en quelque chose qui ressemble davantage à la surface de la lune.

    QUE SONT LES CERCLES DE FÉES ?

    Les cercles de fées sont des parcelles de terre arides que l'on peut trouver dans le désert du Namib en Afrique australe.

    Ils peuvent avoir un diamètre de 6 à 40 pieds (2 à 12 m) et se trouvent dans les prairies arides de la région sur des sols sablonneux.

    Un anneau de végétation autour du bord de l'anneau est plus haut que la prairie environnante.

    Le mystère de la façon dont ils sont arrivés là-bas, ou pourquoi ils y restent, a déconcerté les scientifiques pendant des décennies.

    Les théories ont inclus des gaz destructeurs d'herbe, des termites et même des ovnis, tandis que le mythe local prétend qu'un dragon vit sous la Terre et que son souffle de feu brûle la végétation.

    M. Dressler, 58 ans, de Marbella, en Espagne, a pris les photos depuis une montgolfière et un petit avion lors de trois visites dans la région entre 2010 et 2014.

    Il a déclaré: "Je me rends régulièrement à cet endroit car le désert du Namib, y compris le pré-Namib, appartient pour moi aux paysages les plus magnifiques de la planète.

    « Je suis tombé sur ce phénomène par hasard lors d'une de mes toutes premières visites.

    « C'était très excitant de survoler la région pour la première fois.

    « Les scientifiques n'ont pas encore trouvé d'explication définitive aux « cercles de fées ». Les termites semblent être la théorie la plus populaire. Mais les gens parlent de champignons, de dieux, d'esprits et même de dragons.

    "Il est difficile de se faire une opinion sur quelque chose qui reste un mystère - même pour ceux qui ont étudié et enquêté de manière approfondie sur ces cercles pendant des années."

    Les cercles de fées, qui mesurent entre 6 et 40 pieds de large (2 à 12 mètres), sont essentiellement des plaques de terre nues dans l'herbe trapue qui pousse dans le désert du Namib.

    Les légendes locales disent que les cercles de fées sont les traces des dieux tandis que d'autres ont suggéré qu'il s'agissait de marques de brûlures de dragons vivant sous terre.

    Certains ont suggéré qu'ils pourraient être les lieux d'atterrissage des ovnis ou les lieux de sommeil de l'oryx, l'animal national de la Namibie.

    Certains scientifiques ont suggéré que les cercles étaient créés par des plaques de sol radioactives qui empêchent l'herbe qui recouvre le paysage de pousser.

    Le photographe Thomas Dressler a pris ces images des anneaux de fées, qui peuvent mesurer entre six et 40 pieds dans les airs lors de trois visites dans le désert du Namib entre 2010 et 2014

    Les cercles de fées ont déconcerté les scientifiques pendant des décennies et se forment souvent dans des points chauds le long d'une étendue de désert de 1 242 milles. Les légendes locales suggèrent qu'il s'agit des empreintes laissées par les dieux, comme l'illustre l'image ci-dessus

    LES THÉORIES DE CE QUI CAUSE LES MYSTÉRIEUX ANNEAUX DE FÉES

    Les scientifiques ont affirmé en 2013 que l'espèce de termites de sable Psammotermes allocerus était le suspect le plus probable pour la création des cercles de fées.

    Norbert Jürgens de l'Université de Hambourg a déclaré que l'insecte était la seule espèce constamment présente sur les 1 200 miles de désert qui comprenaient les cercles.

    Sa théorie est centrée sur les termites mangeant les racines des plantes avant qu'elles ne puissent germer à travers le sol du désert, créant ainsi un piège à eau - de la même manière que les castors créent des barrages.

    En raison du manque de feuillage, l'eau de pluie n'est pas perdue par transpiration - l'évaporation de l'eau des plantes - et reste au lieu de cela sous la surface.

    Cela permet aux termites de sable de survivre et de rester actifs pendant la saison sèche et aide également les herbes au bord du cercle à prospérer en attirant d'autres formes de vie.

    Les termites se nourrissent de ces herbes et étendent progressivement le cercle.

    D'autres ont suggéré que l'activité des termites construisant des nids sous le sol provoque la libération de gaz toxique qui provoque la mort des plantes au-dessus.

    Certains ont suggéré qu'un champignon pathogène pourrait être responsable ou que les plaques sont les anciens sites où poussaient des buissons d'euphorbes hautement toxiques.

    Les théories les plus récentes suggèrent que les cercles suivent les modèles de précipitations et peuvent être causés par la compétition entre les plantes, avec des cercles d'herbes plus fortes et plus vibrantes aspirant les nutriments et l'humidité du sol pauvre au centre.

    Certains chercheurs ont suggéré que les cercles de fées sont causés par des termites creusant sous terre et mangeant les racines des plantes au-dessus, tandis que d'autres disent que cela est dû à la compétition entre les plantes elles-mêmes.

    Plus récemment, des scientifiques ont suggéré que les cercles pouvaient être créés par des termites construisant leurs nids sous terre en dévorant les racines des plantes et en libérant des gaz toxiques.

    Les dernières recherches, cependant, ont avancé une nouvelle théorie - qu'elles sont créées par la concurrence entre les plantes elles-mêmes.

    La modélisation informatique par des biologistes de l'Université du Cap en Afrique du Sud et de l'Université du Colorado à Boulder a montré que les précipitations sont un important prédicteur des cercles de fées.

    Un convoi de véhicules peut être vu au-dessus de la traversée du désert du Namib, se frayant un chemin à travers les anneaux de fées


    Quelles sont les causes des cercles de fées en Namibie ? Probablement pas des termites

    Pendant des années, une poignée de chercheurs ont bricolé le mystère des cercles de fées d'Afrique australe, tentant de découvrir le lutin responsable des formations. Les plaques de terre arides et circulaires tachent une bande de terre de 1 200 milles qui s'étend de la Namibie à l'Angola, et de nombreuses personnes "travaillant à comprendre les cercles" sont tombées dessus pendant leurs vacances. #160s'est avéré insaisissable.

    L'année dernière, un article publié dans Science a déclaré le problème résolu. L'auteur a cité les termites comme coupables, et de nombreux organes de presse ont rapporté que l'affaire était classée. Cependant, d'autres aficionados des cercles de fées ont crié au scandale, insistant sur le fait que le document ne fournissait pas de preuves suffisamment convaincantes.

    Vivienne Uys, taxonomiste des termites au Conseil de recherche agricole de Pretoria, affirme que les découvertes de [l'écologiste Norbert] Juergens sur la biologie des termites de sable sont cohérentes avec ce que les scientifiques savent de l'espèce. Mais elle dit qu'elle a besoin de plus de preuves pour être convaincue que les insectes créent des cercles de fées. "Le lien entre l'activité de recherche de nourriture des termites entraînant la formation d'un cercle parfait de sol nu n'est pas clair."

    [Le chercheur des cercles de fées Walter] Tschinkel est d'accord. "Juergens a commis l'erreur scientifique courante de confondre la corrélation, même très forte, avec la causalité", dit-il. "Si Juergens prétend que les termites tuent l'herbe, il doit montrer qu'ils attaquent en fait des plantes vivantes. Ce n'est pas facile à faire, et il ne l'a pas fait."

    Maintenant, un article publié dans Écographie fournit des preuves pour contrer l'hypothèse des termites.

    Les auteurs de ce nouvel article ont analysé la distribution des cercles de fées sur une gamme d'échelles. Les motifs des cercles de fées, pensaient-ils, pourraient refléter les processus qui les ont créés. Ils ont donc examiné des zones avec des rayons aussi petits que quelques pieds et aussi grands que 820 (ou, en mètres, de 1 à 250).

    À grande échelle, ils ont découvert que les cercles de fées apparemment aléatoires se produisent en fait selon des motifs réguliers et homogénéisés. Ils ont comparé ces résultats à d'autres modèles spatiaux naturels documentés dans la littérature scientifique.

    La distribution des cercles de fées, ont-ils découvert, est trop homogénéisée pour représenter les colonies de termites, qui ont tendance à se former en touffes aléatoires. Les auteurs pensent que, plutôt que d'être produites par des insectes, ces formations sont le produit d'un individu naturel. -organisation des modèles de plantes en compétition pour l'eau et les ressources dans le désert aride du Namib. De tels phénomènes, ont-ils découvert dans leur recherche documentaire, se produisent dans d'autres parties du monde à une plus petite échelle.

    L'équipe a également construit un modèle informatique basé sur les processus, dont les résultats ont confirmé cette hypothèse. L'hypothèse d'auto-organisation a également été proposée par un autre article, publié l'année dernière dans PLoS One.

    Cependant, cet article s'appuyait également sur des modèles informatiques pour étayer la nouvelle hypothèse. Comme le souligne ScienceNOW, "Pour prouver définitivement le coupable, les chercheurs devront aller sur le terrain et bricoler avec des variables de cercle de fées telles que l'humidité et la chimie du sol." Donc pour l'instant, le mystère n'est pas complètement résolu, mais il est certainement encore en débat.


    6 Navigation avec les requins

    L'océan est vaste et mystérieux, couvrant une grande partie de la surface du monde. Alors, comment les requins parviennent-ils à se frayer un chemin dans les mers inflexibles ? Les scientifiques pensaient autrefois que cela pouvait être dû à leur odorat ou à leurs champs magnétiques, mais personne ne le savait avec certitude.

    Pour trouver la réponse, les chercheurs ont rassemblé des requins léopards sauvages et les ont emmenés à environ 10 kilomètres (6 mi) de leurs maisons. Certains requins avaient les narines bourrées de boules de coton, d'autres non. Ensuite, tous les requins ont été lâchés pour voir à quel point ils ont réussi à retrouver leur chemin.

    Après avoir fait fausse route pendant 30 minutes, les requins non obstrués ont finalement pu nager jusqu'à leurs rives. Il était probable qu'ils avaient flairé les doses de plus en plus élevées de molécules chimiques trouvées près de la terre. Les requins aux narines bouchées, cependant, se déplaçaient lentement et sans but.

    Mais comment en est-on sûr ? Comment savons-nous que les requins les plus lents n'ont pas été simplement distraits par les boules de coton qui leur ont poussé le museau ? D'autres études ont montré qu'il était peu probable que les requins suivent une odeur qui s'intensifie près de la terre ferme. Au lieu de cela, ils peuvent avoir utilisé la température de l'eau ou les niveaux de lumière pour les guider. Bien que le mystère soit entièrement résolu, cela pourrait être une étape pour trouver la réponse.


    Prise de contrôle hostile de Biden : la grande réinitialisation de l'Amérique

    Notre république sacrée n'a jamais été plus en danger qu'aujourd'hui. Petit à petit, industrie par industrie, l'extrême gauche transforme en profondeur le pays que nous aimons. Et c'est un type de prise de contrôle agressif et hostile que nous n'avons vu que dans certaines des sociétés les plus sombres du monde.

    Sur Glenn TV cette semaine, Glenn Beck expose comment l'administration Biden et les démocrates se démènent de manière agressive pour tout réinitialiser : notre système de vote libre et équitable, l'éducation de nos enfants, nos services de police, l'immigration et la sécurité des frontières, notre économie, notre armée et notre réserve d'énergie.

    Enfin, le membre du Congrès Dan Crenshaw (R-Texas) se joint à nous pour discuter de la façon dont les politiques de « réveil » de Biden menacent la sécurité nationale des États-Unis et notre mode de vie.

    Regardez l'épisode complet ci-dessous:

    Vous voulez plus de Glenn Beck ?

    Pour profiter davantage de la narration magistrale de Glenn, de ses analyses stimulantes et de sa capacité étrange à donner un sens au chaos, abonnez-vous à BlazeTV - le plus grand réseau multiplateforme de voix qui aiment l'Amérique, défendent la Constitution et vivent le rêve américain.


    Terre sanctifiée : le mystère des cercles de fées africains

    La Namibie est un pays que je ne connais que depuis l'école. J'étais donc vraiment curieux de savoir ce que je vais découvrir à ce sujet. Et en lisant Hallowed Ground, je n'ai eu aucun problème à imaginer à quoi ressemble la Namibie. Paul Twivy a réussi à décrire les paysages de manière spectaculaire, basée sur ses propres expériences.

    Les personnages principaux de ce livre sont quatre adolescents : Joe, Hannah, Freddie et Selima. Chacun d'entre eux est originaire de différentes parties du monde, mais ils ont réussi à nouer une forte amitié tout en travaillant La Namibie est un pays que je ne connais que depuis l'école. J'étais donc vraiment curieux de savoir ce que je vais découvrir à ce sujet. Et en lisant Hallowed Ground, je n'ai eu aucun problème à imaginer à quoi ressemble la Namibie. Paul Twivy a réussi à décrire les paysages de manière spectaculaire, basée sur ses propres expériences.

    Les personnages principaux de ce livre sont quatre adolescents : Joe, Hannah, Freddie et Selima. Chacun d'entre eux est originaire de différentes parties du monde, mais ils ont réussi à nouer une forte amitié tout en travaillant ensemble sur un projet sur les Cercles.

    Hallowed Ground prouve également que les livres YA ne sont pas des livres réservés aux adolescents. Pour être honnête, je le recommanderais aux lecteurs plus âgés, même si les personnages sont des adolescents, il y a des thèmes dans ce livre plus adaptés aux adultes. . Suite

    Joe Kaplan, Freddie Wilde et Hannah Chiang - un américain et deux adolescents britanniques - arrivent en Namibie en raison du travail de leurs parents. Ben Kaplan est anthropologue Barbara Kaplan a été chargée par la chaîne hôtelière pour laquelle elle travaille de développer un nouveau site Ralph Wilde est le nouveau haut-commissaire britannique en Namibie Helen Wilde est un médecin qui travaillera avec des patients atteints du SIDA Li Chiang est un ingénieur minier employée par le gouvernement chinois pour développer une mine d'uranium en Namibie Sarah Chiang est un Joe Kaplan, Freddie Wilde et Hannah Chiang - une américaine et deux adolescentes britanniques - arrivent en Namibie en raison du travail de leurs parents. Ben Kaplan est anthropologue Barbara Kaplan a été chargée par la chaîne hôtelière pour laquelle elle travaille de développer un nouveau site Ralph Wilde est le nouveau haut-commissaire britannique en Namibie Helen Wilde est un médecin qui travaillera avec des patients atteints du SIDA Li Chiang est un ingénieur minier employée par le gouvernement chinois pour développer une mine d'uranium en Namibie Sarah Chiang est une enseignante spécialisée qui travaillera dans une école locale.

    Joe, Freddie et Hannah sont tous inscrits dans le même pensionnat et deviennent rapidement amis. Lors d'un voyage scolaire, ils rencontrent Selima van Zyl, fille d'Ilana van Zyl, une guide touristique namibienne, et Darius van Zyl, fils d'un agriculteur afrikaner qui est "un entrepreneur" qui donne actuellement des visites des magnifiques dunes de sable namibiennes. Les quatre adolescents deviennent rapidement les meilleurs amis, et adoptant le titre de Four Teenagers of the Apocalypse, ils s'intéressent aux "cercles de fées" namibiens, d'étranges cercles bordés d'herbe des terres arides et complètement stériles à l'intérieur. Selima peut leur raconter certaines des histoires des différentes tribus namibiennes sur ces cercles, mais Joe en particulier veut savoir quelle est la vérité.

    Ensuite, un corps est découvert lors des fouilles d'essai en cours sur le site potentiel de l'hôtel sur lequel travaille Barbara Kaplan, et il semble qu'il s'agisse du corps d'un soldat et explorateur britannique des années 1830. Ceci est suivi par la découverte d'une fosse commune dans la fouille d'essai de la mine sur laquelle travaille Li Chiang - et elle semble provenir du génocide allemand des peuples Herero et Nama entre 1904 et 1907.

    Suddenly a collection of very different people who would have thought they had little in common, are brought together to solve the superficially unrelated mysteries of the fairy circles and the dead soldier, and the crisis of the disturbed mass grave.

    The adults and the teenagers are all interesting, complicated individuals, with solid, decent characters, but very different viewpoints. As anyone with a family will know, even family members can see things very differently. They have find a way through competing viewpoints, outside forces including what Brexit is doing to British needs, the demands of Barbara Kaplan's and Li Chiang's employers, Ilana's devotion to protecting the heritage of her country, the wholly understandable rage of Namibians when the bodies of the genocide victims are moved by one of Li Chiang's ambitious underlings. Meanwhile, the teenagers' focus on the fairy circles may not be as irrelevant as it seems.

    This is a mix of great characters, serious problems, and a culture and environment that's unfamiliar and fascinating.

    I received a free electronic galley of this book from the publisher, and am reviewing it voluntarily. . Suite

    Hallowed Ground is a rendering of the Namibian myth of fairy circles into a mystery involving a group of teenagers and their families. The author is clearly passionate about his subject, something that shines through the pages. The writing is good, the pacing considered. I admit I found the character introductions at the beginning of the novel rather tedious and would have preferred a different approach.

    Hallowed Ground is an ambitious novel, blending as it does ancient myths and present day issu Hallowed Ground is a rendering of the Namibian myth of fairy circles into a mystery involving a group of teenagers and their families. The author is clearly passionate about his subject, something that shines through the pages. The writing is good, the pacing considered. I admit I found the character introductions at the beginning of the novel rather tedious and would have preferred a different approach.

    Hallowed Ground is an ambitious novel, blending as it does ancient myths and present day issues, held within the mystery narrative. The novel is presented as YA, the protagonists are teenagers, and I surmise Twivy has an educational purpose in mind.

    It is commendable that the author brings to the attention of those who do not know a country with a rich culture, fascinating geography and brutal history of genocide. . Suite

    I received a free copy of this book in exchange for an honest review. All thoughts and opinions expressed in this review are my own.

    Trigger Warning: this book contains genocide and suicide.

    This is where I normally will spill out my version of what happened in the book, however for this one I&aposm going to stick with the Synopsis because I think it would be most beneficial for this review.

    This magical story is inspired by the most haunting and least explored country in the world - Namibia - with it I received a free copy of this book in exchange for an honest review. All thoughts and opinions expressed in this review are my own.

    Trigger Warning: this book contains genocide and suicide.

    This is where I normally will spill out my version of what happened in the book, however for this one I'm going to stick with the Synopsis because I think it would be most beneficial for this review.

    This magical story is inspired by the most haunting and least explored country in the world - Namibia - with its foggy Skeleton Coast, buried goldmines, shocking secrets and awe-inspiring sand dunes.

    Spread across the face of its deserts are hundreds of miles of ‘fairy circles’ : vast enough to be seen from space. They grow and die with the same lifespan as humans, yet no-one has been able to explain why or how they appear.

    Then one day, three teenagers and their families arrive from different parts of the globe. Helped by bushmen, the buried possessions of a Victorian explorer, and a golden leopard, they solve the mystery of the African Circles. What will be discovered beneath the hallowed ground? And how will it change the future of the planet above it?

    Until reading this book I had no idea the Fairy Circles of Namibia existed. This book inspired me to do some research and learn about something I never would of known about otherwise.

    Hallowed Ground is quite an interesting story involving four new friends who are determined to find the secrets of the Fairy Circles. Together with their parents they embark on a journey that just might give them the answers they're looking for. Of course finding the answers won't be easy but together with their parents they are sure they can figure out the truth.

    Throughout the story we are told these captivating legends. I'm not sure if these are actual legends or if they come from the authors imagination but they are simply incredible to read. I found they brought life and character into the story.

    Something I didn't like about this book was the characters. It's not that they weren't likable or that they were poorly written, it's simply that I found them to be just okay. I didn't find any of them to be memorable even with the awesome adventure they were on when trying to figure out the truth about the Fairy Circles. The characters are supposed to be teenagers but they don't come across as teens but more so as young adults. That isn't necessarily a bad thing, it was just the way it read.

    The authors take on the Fairy Circles was very interesting. I thought the way he wrapped everything up was quite clever and I really enjoyed the ending. It was a win for me.

    Overall, I found the story to be an intriguing read. The pace is steady. Although the characters are teenagers, I would recommend this for older teens as there is some mature content.


    Contenu

    The genre of mystery novels is a young form of literature that has developed since the early-19th century. The rise of literacy began in the years of the English Renaissance and, as people began to read over time, they became more individualistic in their thinking. As people became more individualistic in their thinking, they developed a respect for human reason and the ability to solve problems. [4] [5]

    Perhaps a reason that mystery fiction was unheard of before the 19th century was due in part to the lack of true police forces. Before the Industrial Revolution, many of the towns would have constables and a night watchman at best. Naturally, the constable would be aware of every individual in the town, and crimes were either solved quickly or left unsolved entirely. As people began to crowd into cities, police forces became institutionalized, and the need for detectives was realized – thus the mystery novel arose. [6]

    An early work of modern mystery fiction, Das Fräulein von Scuderi by E. T. A. Hoffmann (1819), was an influence on The Murders in the Rue Morgue by Edgar Allan Poe (1841) as may have been Voltaire's Zadig. Wilkie Collins' novel The Woman in White was published in 1860, while The Moonstone (1868) is often thought to be his masterpiece. In 1887 Arthur Conan Doyle introduced Sherlock Holmes, whose mysteries are said to have been singularly responsible for the huge popularity in this genre. The genre began to expand near the turn of the century with the development of dime novels and pulp magazines. Books were especially helpful to the genre, with many authors writing in the genre in the 1920s. An important contribution to mystery fiction in the 1920s was the development of the juvenile mystery by Edward Stratemeyer. Stratemeyer originally developed and wrote the Hardy Boys and Nancy Drew mysteries written under the Franklin W. Dixon and Carolyn Keene pseudonyms respectively (and were later written by his daughter, Harriet Adams, and other authors). The 1920s also gave rise to one of the most popular mystery authors of all time, Agatha Christie, whose works include Meurtre sur l'Orient Express (1934), Mort sur le Nil (1937), and the world's best-selling mystery And Then There Were None (1939). [7]

    The massive popularity of pulp magazines in the 1930s and 1940s increased interest in mystery fiction. Pulp magazines decreased in popularity in the 1950s with the rise of television, so much that the numerous titles available then are reduced to two today: Alfred Hitchcock's Mystery Magazine et Ellery Queen's Mystery Magazine—both now published by Dell Magazines, a division of Crosstown Publications. The detective fiction author Ellery Queen (pseudonym of Frederic Dannay and Manfred B. Lee) is also credited with continuing interest in mystery fiction.

    21e siècle Modifier

    Interest in mystery fiction continues to this day because [ citation requise ] of various television shows which have used mystery themes and the many juvenile and adult novels which continue to be published. There is some overlap with "thriller" or "suspense" novels and authors in those genres may consider themselves mystery novelists. Comic books and graphic novels have carried on the tradition, and film adaptations or the even-more-recent web-based detective series, have helped to re-popularize the genre in recent times. [8]

    Detective fiction Edit

    Though the origins of the genre date back to ancient literature and One Thousand and One Nights, the modern detective story as we know it was invented by Edgar Allan Poe in the mid-19th century through his short story, The Murders in the Rue Morgue, which featured arguably the world's first fictional detective, C. Auguste Dupin. However, detective fiction was pioneered and popularized only later, in the late 19th century, by Sir Arthur Conan Doyle's Sherlock Holmes stories, considered milestones in crime fiction.

    The detective story shares some similarities with mystery fiction in that it also has a mystery to be solved, clues, red herrings, some plot twists along the way and a detective denouement, but differs on several points. Most of the Sherlock Holmes stories feature no suspects at all, while mystery fiction, in contrast, features a large number of them. As noted, detective stories feature professional and retired detectives, while mystery fiction almost exclusively features amateur detectives. Finally, detective stories focus on the detective and how the crime was solved, while mystery fiction concentrates on the identity of the culprit and how the crime was committed, a distinction that separated And Then There Were None from other works of Agatha Christie.

    True crime Edit

    The true crime is a literary genre that recounts real crimes committed by real people, almost half focusing on serial killers. Criticized by many as being insensitive to those personally acquainted with the incidents, it is often categorized as trash culture. Having basis on reality, it shares more similarities with docufiction than the mystery genre. Unlike fiction of the kind, it doesn't focus much on the identity of the culprit and has no red herrings or clues, but often emphasizes how the culprit was caught and their motivations behind their actions.

    Cozy mystery Edit

    Cozy mysteries began in the late 20th century as a reinvention of the Golden Age whodunit these novels generally shy away from violence and suspense and frequently feature female amateur detectives. Modern cozy mysteries are frequently, though not necessarily in either case, humorous and thematic. This genre features minimal violence, sex and social relevance, a solution achieved by intellect or intuition rather than police procedure with order restored in the end, honorable and well bred characters, and a setting in a closed community. The murders are often committed by less violent tools such as poison and the wounds inflicted are rarely if ever used as clues. The writers who innovated and popularized the genre include Agatha Christie, Dorothy L Sayers and Elizabeth Daly.

    Legal thriller Edit

    The legal thriller or courtroom novel is also related to detective fiction. The system of justice itself is always a major part of these works, at times almost functioning as one of the characters. In this way, the legal system provides the framework for the legal thriller as much as the system of modern police work does for the police procedural. The legal thriller usually starts its business with the court proceedings following the closure of an investigation, often resulting in a new angle on the investigation, so as to bring about a final outcome different from the one originally devised by the investigators. In the legal thriller, court proceedings play a very active, if not to say decisive part in a case reaching its ultimate solution. Erle Stanley Gardner popularized the courtroom novel in the 20th century with his Perry Mason series. Contemporary authors of legal thrillers include Michael Connelly, Linda Fairstein, John Grisham, John Lescroart, Paul Levine, Lisa Scottoline and Scott Turow.

    Police procedural Edit

    Many detective stories have police officers as the main characters. These stories may take a variety of forms, but many authors try to realistically depict the routine activities of a group of police officers who are frequently working on more than one case simultaneously, providing a stark contrast to the detective-as-superhero archetype Holmes brought. Some of these stories are whodunits in others, the criminal is well known, and it is a case of getting enough evidence.

    In the 1940s the police procedural evolved as a new style of detective fiction. Unlike the heroes of Christie, Chandler, and Spillane, the police detective was subject to error and was constrained by rules and regulations. As Gary Huasladen says in Places for Dead Bodies, "not all the clients were insatiable bombshells, and invariably there was life outside the job." The detective in the police procedural does the things police officers do to catch a criminal. Writers include Ed McBain, P. D. James and Bartholomew Gill.

    Howcatchem Edit

    An inverted detective story, also known as a "howcatchem", is a murder mystery fiction structure in which the commission of the crime is shown or described at the beginning, usually including the identity of the perpetrator. The story then describes the detective's attempt to solve the mystery. There may also be subsidiary puzzles, such as why the crime was committed, and they are explained or resolved during the story. This format is the opposite of the more typical "whodunit", where all of the details of the perpetrator of the crime are not revealed until the story's climax.

    Hardboiled fiction Edit

    Martin Hewitt, created by British author Arthur Morrison in 1894, is one of the first examples of the modern style of fictional private detective. This character is described as an "'Everyman' detective meant to challenge the detective-as-superman that Holmes represented."

    By the late 1920s, Al Capone and the Mob were inspiring not only fear, but piquing mainstream curiosity about the American crime underworld. Popular pulp fiction magazines like Black Mask capitalized on this, as authors such as Carrol John Daly published violent stories that focused on the mayhem and injustice surrounding the criminals, not the circumstances behind the crime. Very often, no actual mystery even existed: the books simply revolved around justice being served to those who deserved harsh treatment, which was described in explicit detail." The overall theme these writers portrayed reflected "the changing face of America itself."

    In the 1930s, the private eye genre was adopted wholeheartedly by American writers. One of the primary contributors to this style was Dashiell Hammett with his famous private investigator character, Sam Spade. His style of crime fiction came to be known as "hardboiled", which is described as a genre that "usually deals with criminal activity in a modern urban environment, a world of disconnected signs and anonymous strangers." "Told in stark and sometimes elegant language through the unemotional eyes of new hero-detectives, these stories were an American phenomenon." According to the best-selling author Michael Connelly,"Chandler credited Hammett with taking the mystery out of the drawing-room and putting it out on the street where it belongs." [9]

    In the late 1930s, Raymond Chandler updated the form with his private detective Philip Marlowe, who brought a more intimate voice to the detective than the more distanced "operative's report" style of Hammett's Continental Op stories. Despite struggling through the task of plotting a story, his cadenced dialogue and cryptic narrations were musical, evoking the dark alleys and tough thugs, rich women and powerful men about whom he wrote. Several feature and television movies have been made about the Philip Marlowe character. James Hadley Chase wrote a few novels with private eyes as the main heroes, including Blonde's Requiem (1945), Lay Her Among the Lilies (1950), and Figure It Out for Yourself (1950). The heroes of these novels are typical private eyes, very similar to or plagiarizing Raymond Chandler's work.

    Ross Macdonald, pseudonym of Kenneth Millar, updated the form again with his detective Lew Archer. Archer, like Hammett's fictional heroes, was a camera eye, with hardly any known past. "Turn Archer sideways, and he disappears," one reviewer wrote. Two of Macdonald's strengths were his use of psychology and his beautiful prose, which was full of imagery. Like other 'hardboiled' writers, Macdonald aimed to give an impression of realism in his work through violence, sex and confrontation. The 1966 movie Harper starring Paul Newman was based on the first Lew Archer story The Moving Target (1949). Newman reprised the role in The Drowning Pool in 1976.

    Michael Collins, pseudonym of Dennis Lynds, is generally considered the author who led the form into the Modern Age. His private investigator, Dan Fortune, was consistently involved in the same sort of David-and-Goliath stories that Hammett, Chandler, and Macdonald wrote, but Collins took a sociological bent, exploring the meaning of his characters' places in society and the impact society had on people. Full of commentary and clipped prose, his books were more intimate than those of his predecessors, dramatizing that crime can happen in one's own living room.

    The PI novel was a male-dominated field in which female authors seldom found publication until Marcia Muller, Sara Paretsky and Sue Grafton were finally published in the late 1970s and early 1980s. Each author's detective, also female, was brainy and physical and could hold her own. Their acceptance, and success, caused publishers to seek out other female authors.

    Historical mystery Edit

    These works are set in a time period considered historical from the author's perspective, and the central plot involves the solving of a mystery or crime (usually murder). Though works combining these genres have existed since at least the early 20th century, many credit Ellis Peters's The Cadfael Chronicles (1977–1994) for popularizing what would become known as the historical mystery.


    Mystery of Desert 'Fairy Circles' Solved, Creators Found

    The "artists" behind bizarre, barren, grassless rings dotting the desert of Southwest Africa have been found lurking right at scientists' feet: termites.

    Known as fairy circles, these patches crop up in regular patterns along a narrow strip of the Namib Desert between mid-Angola and northwestern South Africa, and can persist for decades. The cause of these desert pockmarks has been widely debated, but a species of sand termite, Psammotermes allocerus, could be behind the mysterious dirt rings, suggests a study published today (March 28) in the journal Science.

    Scientists have offered many ideas about the circles' origin, ranging from "self-organizing vegetation dynamics" to carnivorous ants. Termites have been proposed before, but there wasn't much evidence to support that theory.

    Finding patterns in circles

    While studying the strange patterns, biologist Norbert Juergens of the University of Hamburg noticed that wherever he found the dirt patches (the barren centers inside fairy circles), he also found sand termites. [See Photos of the Bizarre Fairy Circles]

    Juergens measured the water content of the soil in the circles from 2006 to 2012. More than 2 inches (5 centimeters) of water was stored in the top 39 inches (100 cm) of soil, even during the driest period of the year, Juergens found. The soil humidity below about 16 inches (40 cm) was 5 percent or more over a four-year stretch.

    Without grass to absorb rainwater and then release it back into the air via evaporation, any water available would collect in the porous, sandy soil, Juergens proposed. That water supply could be enough to keep the termites alive and active during the harsh dry season, while letting the grass survive at the circles' rims.

    Juergens conducted surveys of the organisms found at fairy circles. The sand termite was the only creature he found consistently at the majority of patches. He also discovered that most patches contained layers of cemented sand, foraged plant material and underground tunnels &mdash telltale signs of sand termites.

    The scientist found a few other termite species, as well as three ant species, at fairy circles in areas that get rain during the summer or during the winter, but not at all the sites he studied.

    Teensy engineers

    The termite behavior provides an example of "ecosystem engineering," Juergens wrote in the Science paper. The insects appear to be feeding on the grass roots to create the characteristic rings, the study suggests. As to why the termites would create circular-shaped patches, Juergens doesn't say.

    "The paper is a useful addition to debating the origin of the fairy circles," chemist Yvette Naude of the University of Pretoria, South Africa, who was not involved in the study, told LiveScience in an email. But, Naude added, the study "does not address the key question as to what is the primary factor that causes sudden plant mortality, i.e. the birth of a fairy circle."

    The soil in fairy circles seems to be altered so that plants can't survive, whereas termites usually enrich soil, making it more hospitable to plants, she said. (Juergens actually thinks the termites chew up the plant roots, and that's what leads to the barren patches.)

    It is possible the termites don't cause the fairy circles, but merely live in them. However, Juergens found the insects were present even during the early stages of patch formation, before the grass had died off on the surface. Over the termites' lifetime, they munch on the grassy borders and gradually widen the circles.


    Voir la vidéo: Top 20 Namibian Proverbs